3 décembre 2013 de Florence à 'Actualités''

PistenBully 600 E+

Dès cet hiver, le service des pistes de Courchevel, au cœur des Trois Vallées, va pouvoir utiliser le premier modèle de dameuse hybride (diesel-électrique) au monde, mis au point par la société allemande Kässbohrer, le PistenBully 600 E+. Soucieuse de la qualité de l’environnement et toujours à la pointe du progrès, la station savoyarde innove en étant la première station française à s’équiper de cet engin, aux caractéristiques mécaniques impressionnantes et qui présente un réel intérêt pour le travail des pistes.

Qu’est-ce qu’une dameuse hybride ?

Tout le monde connaît désormais la motorisation hybride pour les véhicules particuliers. Partant du constat que les moteurs électriques ne sont pas encore suffisamment au point pour affronter toutes les conditions de circulation (leur problème majeur reste l’autonomie assez faible ainsi qu’un relatif manque de puissance), certains constructeurs associent dans leurs automobiles un moteur électrique à un moteur thermique traditionnel, essence ou diesel. La société d’engins de damage Kässbohrer a repris ce principe de motorisation hybride sur son tout dernier PistenBully 600 E+, la première dameuse hybride au monde. Déjà fort de 400 chevaux grâce à son six-cylindres diesel Mercedes, l’engin se voit adjoindre un moteur électrique capable d’entraîner la dameuse, ses alternateurs, ainsi que tous ses accessoires, dont la fraise, et qui propose un surcroît de puissance de presque 200 chevaux !

Pistenbully

Photo : Autobild

L’intérêt du PistenBully 600 E+ : consommation et bruit fortement réduits

L’impact environnemental de ce nouvel équipement est très important, surtout quand on pense qu’il est voué à évoluer sur le Courchevel

Pourquoi une dameuse hybride ?

Outre les avantages mentionnés ci-dessus en termes de silence et de respect de l’environnement grâce à une baisse du niveau des émissions polluantes (CO2 et oxydes d’azote notamment), c’est la spécificité même du travail des pistes qui peut expliquer pourquoi ce genre d’engins constitue un vrai progrès. Les dameuses, c’est une évidence, sont conçues pour travailler dans la pente. Or les moteurs électriques ont cette capacité unique à se recharger tout seuls dans les descentes, par effet cinétique, pour redistribuer à la montée la puissance électrique gratuite ainsi accumulée. C’est un vrai cercle vertueux. De plus, la puissance électrique du moteur auxiliaire peut être distribuée via une prise de force, pour brancher des outils électriques sans avoir à dérouler des mètres de câble ou à lancer un groupe électrogène par exemple. On voit ainsi tout l’intérêt de cette dameuse hybride afin d’effectuer une réparation au cœur du domaine skiable. Et si

La première fois où je suis allée au ski j’avais 10 ans, c’était en CM2 pendant une classe de neige. Par la suite, j’ai eu la chance de passer une grande partie de mes vacances scolaire à la montagne les pieds dans la neige l’hiver et en randonné l’été.

Ski blog

7 mars Les meilleures boissons de montagne
1 fév Comment choisir son pantalon de ski ?
17 dec 8 stations skis aux pieds dans les Alpes françaises